Bruxelles – En dépit du véto du Parlement européen, la Commission européenne a autorisé pour dix ans, le 22 décembre dernier, la mise sur le marché dans l’UE de six organismes génétiquement modifiés (OGM) destinés à l’alimentation humaine ou animale. Sont concernées quatre variétés de soja hybrides - les sojas 305423 x 40-3-2, DAS-44406-6, FG72 x A5547-127, DAS-68416-4 -, un colza hybride : le MON88302 x Ms8 x Rf3 de Monsanto et le renouvellement de l’autorisation du très controversé maïs MON 1507 du même Monsanto.
À l’appui de leurs objections, les eurodéputés avaient invoqué de graves lacunes dans l’évaluation des risques réalisée par l’Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) et les préoccupations soulevées par ces OGM destinés à l’alimentation humaine et animale (EUROPE 11891). Pour chacun de ces OGM, les États membres n’avaient pas réussi à obtenir la majorité qualifiée requise pour approuver ou rejeter les propositions de la Commission européenne, qui se fondaient toutes sur des avis favorables de l’EFSA. La Commission était donc habilitée à prendre la décision seule. Elle a décidé d’aller de l’avant. Les objections du Parlement européen sont politiquement importantes, mais n’ont pas de caractère juridiquement contraignant.

Source : Agence Europe, 04/01/18

 

Les cultures OGM sont reparties à l'assaut de la planète en 2016 -après avoir marqué le pas pour la première fois en 2015- avec une augmentation de 3% des surfaces plantées à 185,1 millions d'hectares dans 26 pays du monde. L'ISAAA (International Service for the Acquisition of Agri-biotech Applications), une ONG favorable aux OGM financée notamment par le groupe américain Monsanto, voit dans l'augmentation des surfaces la confirmation de son verdict d'un recul uniquement "conjoncturel" en 2015, dû "aux prix bas mondiaux des denrées".
La prédiction de l'ISAAA selon laquelle les plantations d'OGM repartiraient à la hausse dès que les prix augmenteraient "s'est réalisée", note le rapport annuel de l'ONG, "contrairement à la propagande des détracteurs selon laquelle la biotechnologie ne convainc pas les fermiers".
En 2015, après 19 ans de croissance annuelle consécutive, les surfaces cultivées en OGM avaient en effet reculé pour la première fois, de 1%, à 179,7 millions d'ha contre 181,5 millions en 2014, selon le rapport 2015 de l'ISAAA. En 2016, les États-Unis continuent d'être au premier rang des pays OGM avec 72,9 millions d'hectares, suivis par le Brésil (49,1), l'Argentine (23,8), le Canada (11,6), et l'Inde (10,8). A eux cinq, ces pays représentent 91% de la superficie totale de plantations OGM. Lire la suite

Extrait de information.tv5monde.com

Les députés européens s'étaient positionnés contre l'autorisation de mise en marché (AMM) de trois variétés de soja tolérantes au glyphosate dans les produits d'alimentation humaine et animale le 3 février 2016. La Commission a pourtant délivré ces AMM fin juillet. Lire la suite

Extrait de http://www.campagnesetenvironnement.fr

Une petite fleur violette au sommet d'une pousse de haricots : entre les traditionnels champs de blé et de maïs, le soja français sans OGM tente de se frayer un avenir.
En France, "les surfaces en soja ont fortement progressé pour passer de 90.000 hectares en 2015 à 144.000 hectares en 2016", selon Thibaut Ledermann, porte-parole de la FOP (Fédération française des producteurs d'oléagineux et de protéagineux).
Cela reste une graine de légumineuse dans l'océan des 2,4 millions d'hectares d'oléoprotéagineux (colza, tournesol, pois...) cultivés en France. Mais, entre sa forte valeur ajoutée dans l'alimentation humaine et les démarches de valorisation de viandes et fromages sans OGM, les axes de développement ne manquent pas. Lire la suite ici

Extrait de http://lexpansion.lexpress.fr

Le géant français des produits laitiers a annoncé que sa principale filiale états-unienne ne se fournirait qu’auprès de producteurs de lait n’utilisant pas d’aliments pour les vaches, qui contiennent des OGM. Lire la suite

Extrait de amisdelaterre.org