orageuxLes mélanges céréaliers sont des associations de céréales et de légumineuses. Ces associations présentent les mêmes intérêts que les mélanges de graminées et de légumineuses comme le ray grass anglais avec du trèfle blanc, du dactyle avec de la luzerne… On peut y mélanger une ou plusieurs céréales avec un protéagineux.C’est mélange peuvent être exploités de deux façons différentes, permettant une souplesse quant à son utilisation.

 

Cette culture peut être récoltée en grain pour l’utiliser en concentré, mais en cas de pénurie de fourrages, on peut le récolter sous forme d’ensilage ou d’enrubannage. Grâce aux associations, la conduite économe est intéressante.
Exemple : triticale + pois + avoine
(Lire la fiche technique du RAD sur les mélanges céréaliers, ici)  

>>> Pourquoi/comment assouplir son système fourrager avec le mélange céréalier


Céréales et proagineux, complémentaires de la parcelle à l'auge

Au champ, la céréale a un rôle de tuteur, pour que le pois et la féverole restent debouts jusqu'à la récolte. Les légumineuses captent l’azote de l’air pour la restituer via le sol à la céréale. L’association permet une couverture du sol rapide et est économe en intrants. La culture est plus résistante (aux adventices, maladies et ravageurs) et plus productive que la culture de chaque espèce séparément. Cependant, le stade de maturité des espèces peut différencier, attention donc à la précocité des espèces.

pois

Pour l'alimentation, c'est un aliment assez équilibré entre PDI et UF, qui peut donc remplacer de l’orge autoconsommée, complémentée par du tourteau (colza ou soja) acheté. Le mélange peut donc faire une VL fermière. L’inconvénient est le manque de régularité pour la part de chacune des cultures. Avec une même densité de semis, on peut avoir un pourcentage de protéagineux qui varie selon les années.

La céréale à associer :
  • Le blé est certes plus productif que d’autres céréales mais plus exigeant en eau et moins compétitif vis-à-vis des adventices que les céréales telles que le triticale, l’avoine, le seigle ou l’orge
  • Le triticale et l’avoine sont couramment utilisés en association avec du pois dans les élevages bovins

Les mélanges céréaliers récoltés en grain

Au lieu de produire des céréales qui sont vendues pour acheter des protéines, ou bien qui sont incorporées à une VL, on peut tout à fait produire la protéine en même temps que la ou les céréale(s). Ceci permet de fournir un concentré à teneur en protéines plus élevée.

Exemples d’association et leurs valeurs alimentaires :

tableau_mlange_cr


Pour faire des stocks, la récolte en fourrages

Les mélanges céréaliers ensilés peuvent être un bon compromis entre la production de fourrages et de protéines car suffisamment équilibrés. C’est, de plus, une bonne alternative dans les années de sécheresse.

atouts_contraintes

Quelques mélanges utilisés (avec beaucoup de variantes suivant les sols et les attentes de chacun) :

ml_cr_ens

valeur_ml_ens
Source : Chambre d’agriculture du Maine et Loire et CAB Pays de la Loire