Photo_469

Pour compléter des rations déficitaires en énergie, le soja n'est pas une fatalité, ni même l'achat. Certaines cultures peuvent être conduites en Normandie : pois, lupin, féverole, ... encore indemne d'OGM pour le moment.

POIS

Intérêts : Riche en énergie et en lysine donc intéressant pour les monogastriques
Limites : Peu rustique et moins protéique que certaines graines

 

Production animale :
ruminants : +
porcs : +++
volailles : ++

LUPIN

Intérêts : Richesse et qualité de la protéine pratiquement équivalente à celle du tourteau de soja
Limites :
 Plus tardif donc plus compliqué à amener à maturité en région tardive

 

Production animale :
ruminants : +++
porcs : +
volailles : +

FEVEROLE

Intérêts : Facile à produire sans intrants concurentielle contre les audventices
Limites :
 La culture de printemps est sensible à la sécheresse et celle d'hiver au froi

 

Production animale :
ruminants : +++
porcs : ++
volailles : +

COLZA

Intérêts : Teneur en  protéines plus concentrée
Limites : Assez sensible en maladie donc rendement aléatoire en économe

 

Production animale :
ruminants : +++
porcs : ++
volailles : ++

Fiches techniques, itinéraire et utilisation des protéagineux et oléagineux cultivés en Normandie (en téléchargement)

Photo_469

 

flech la féverole (Lire la fiche ici  


flech le lupin 
(Lire la fiche ici   


flech le pois protéagineux
(Lire la fiche ici  


flech le colza
(Lire la fiche ici

Valeurs alimentaires des protéagineux et oléagineux cultivées en Normandie et du soja

val_prot

Témoignage : Jean-Charles Revert, éleveur à Morsalines, la féverole pour aller vers plus d’autonomie

Pour commencer Jean-Charles a commencé par multiplier sa semence fermière de féverole sur un demi-hectare. Puis, 6 hectares furent semés en 2010. Le semis a été fait fin février à 200 Kg/ha, donc très dense, pour éviter les adventices. Aucun traitement n’a été effectué. Le rendement en 2009 avait été assez bon (60 qtx/ha) mais ne le sera pas autant cette année à cause du manque d’eau et du vent. Une fois battue la récolte sera inertée. Cette culture est destinée à remplacer le colza 35 acheté. Suivant la quantité récoltée et la teneur en protéines, la féverole sera mélangée avec le tourteau de colza, en vue un jour de s’y substituer, pour faire un pas vers l’autonomie.