La ferme du Val de Bures élève des chèvres pour la production fromagère. La volonté de ne pas utiliser les OGM dans l'alimentation des animaux a pour but d'éviter tout risque de dissémination dans l'environnement, chez les humains et chez les animaux. D'après les éleveurs : "les OGM sont issus d'une manipulation génétique non contrôlée", il s'agit donc d'éviter tout risque de perturbation.


Le foin, aliment de base

Le foin constitue la base de l'alimentation, la quantité ingérée est surveillée. La ration actuelle est composée de foin, de paille. La ration est complémentée d'un mélange luzerne déshydratée, d'escourgeon et de féverole. Ces trois aliments sont entiers et mélangés puis distribués deux fois par jour, pendant la traite du matin et celle du soir. Les concentrés ne sont pas aplatis. Une étude de l'INRA a conclue que, chez les chèvres, les aliments entiers ne faisait pas plus l'objet de rejet que lorsqu'ils étaient aplatis. Les surfaces de la ferme ne permettent pas d'auto-produire tous les aliments. Ils sont donc achetés à des agriculteurs voisins. 

chvresUn changement progressif

Afin de s'affranchir des OGM, tous les aliments qui n'étaient pas possible de certifier ont été éliminés, il s'agit du maïs et du soja. Les rations ont donc été revues, et l'alimentation adaptée à la volonté des agriculteurs de ne pas utiliser d'OGM. Le changement s'est fait progressivement, les éleveurs n'ont pas observé de réel différence au niveau des animaux, "quoi qu'une petite augmentation du volume de lait a été constatée".

Et les chevreaux...

L'alimentation des chevreaux est aussi sans OGM, ils reçoivent le colostrum de leur mère, puis du lait de mélange thermisé pendant 6 jours. Pendant les trois mois qui suivent les chevreaux sont alimentés avec du lait en poudre, puis progressivement avec du foin et un concentré bio qui permet d'obtenir une garanti sans OGM.

La ration actuelle est moins coûteuse, "les chèvres semblent l'accepter et sont en parfaite santé".