Après l'abandon de la production laitière en 2008, François achète des vaches allaitantes pour réorienter la production. La race Salers convient bien aux objectifs de l'éleveur et au milieu : une zone préservée du bocage ornais.

Aujourd'hui, l'exploitation est complétement autonome grâce à une bonne maîtrise des herbages.

C'est sur 59 hectares de prairies d'association, de graminées et légumineuses, que François élèvent les 19 mères salers, le renouvellement et les boeufs engraissés. A terme, il y aura 35 vêlages par an, et un chargement qui sera compris entre 1 et 1,1 UGB/ha. 

« Des prairies diversifiées et naturellement équilibrées »

Pour élever ses animaux exculsivement à l'herbe, François doit choisir les variétés cultivées en fonction de ce qu'il en attend. La base pour l'association est le dactyle, possédant la valeur azotée la plus élevée des graminées (valeur INRA de 245 g de MAT/kg au stade feuillu).

Suivant les types d'exploitation, les mélanges sont variés :

  • dactyle + trèfle blanc pour la fauche
  • dactyle + paturin + trèfle blanc pour les exploitations de fauche et de pâture alternées
  • dactyle et trèfle blanc avec une diversité plus importante lorsque ce n'est que pâturée

Pour être sûr de na pas être en déficit, l'éleveur veut avoir une année de stock d'avance, soit 100 % de stocks de sécurité

« Optimiser les herbages pour ne rien acheter »

La technique de conduite de pâturage est importante sur un tel système où l'herbe est l'unique source de fourrages. De plus, celle-ci doit être pâturée ou récoltée au bon stade car l'objectif est de ne rien acheter. Autonomie, économie, et traçabilité. La prairie est naturellement équilibrée que ce soit en énergie et en azote, mais aussi en oligo-élément et autres besoins des animaux, car les vaches ne reçoivent pas de complémentation non plus.

La rusticité des animaux participe aussi a cette conduite, précise l'éleveur. Ainsi que la zone bocagère, car les vaches trouvent, si elles ne l'ont pas dans l'herbe, tout ce qui leur est nécessaire dans les haies qui bordent les parcelles. 

« Un équilibre terre - végétal - animal »

Pour permettre d'être autonome, le système se doit d'avoir de solides bases. Tous les besoins des vaches, en énergie, en protéines, et autres doivent se trouver dans les prairies. En semant un mélange binaire (dactyle + trèfle), on retrouve après quelques pâturages une flore très diversifiée qui, à elle seule, permet d'avoir un tel équilibre. La gestion assidue du pâturage permet de maîtriser cet équilibre, les rumex et chardons ne profilèrent pas et la productivité des prairies est maintenue.  Par ce système, c'est du travail en moins, une bonne efficacité économique, et une autonomie qui sont assurées.

« En hiver, pas de bâtiments, et toujours de l'herbe »

Les terres sableuses s'abîment un peu l'hiver sous les pas des animaux, mais le gain au printemps n'est pas négligeable. Des prairies qui tallent beaucoup, et sont très bien implantées. Le foin et l'enrubannage récoltés à la bonne saison sont distribués comme principale alimentation. Mais l'herbe pâturée contient de l'azote soluble qui remplace n'importe quelle source de protéines et il n'y a pas besoin de soja ou tout autre protéine à acheter à l'extérieur.

« Le dactyle, pivot du système »

Pourquoi utiliser le dactyle ? Associé au trèfle blanc, la paire est communément le ray grass, anglais de surcroît. Celui-ci a une pousse continue, et elle ne s'arrête pas de pousser une fois que la température dépasse les 25°C comme son camarade, pratique pour faire de l'herbe d'été, sur des terres sableuses.
Appétent le dactyle ? Les variétés implantées sont plutôt tardives. Les animaux ont tendances à préférer les espèces indigènes, mais ne rechignent pas sur les autres variétés.Cela suffit pour des vaches allaitantes.

A partir de 2011, François vend de la viande de son exploitation : des boeufs, élevés jusque l'àge de 3 ans au moins et les génisses sont vendus à maturité entre 2 ans et demi et 3 ans en production biologique.

Vous pouvez le retouver dans l'annuaire des producteurs de l'Orne.